Avez-vous remarqué que bien souvent les mots s'amusent à nous tournebouler le ciboulot ?
Prenons les mots « stimulation » et « simulation ». La seule différence entre eux est la lettre « T ». Cette toute petite différence n'est pas anodine.
Prenons ces deux termes dans le sens qui nous intéresse au plus haut point, non pas le sens textuel puisqu'il s'agit de faire sans le « T », mais le sens sexuel.
Si la stimulation sexuelle fait flop, il suffit à la gente féminine d'enlever non pas le haut ni le bas mais le « T » et cela devient simulation.
La simulation est un leurre. C'est ce qu'on appelle « leurre du  T ».
Dans les pays latins où le machisme règne en maître, cette expression, révélant hélas la réalité de bien des ébats, est très peu usitée. C'est un nouveau leurre.
Par contre, dans les pays anglo-saxons où règnent en maîtresses les lois du puritanisme, l'expression a pris de l'essor, siècle après siècle. Le climat humide ainsi que la propension des anglais après leurs ébats amoureux à savourer un breuvage insipide d'eau chaude infusée ont contribué de concert à modifier l'expression, ainsi devenue « l'heure du thé ».
Mine de rien, les anglais qui ne s'en vantent pas, le déguste plusieurs fois par jour.
À chacun ses plaisirs !