Depuis le temps que nous vous envoyons des infos du Spoum, nous aurions dû vous dire que l'important, l'utile, l'information qui sert à quelque chose, c'est tout en dessous de nos textes un peu fantaisistes. Nous avons sans doute tort de commencer la présentation par une parenthèse, qui souvent met beaucoup de temps à se refermer, mais voilà, c'est plus fort que nous, à notre âge, on ne peut plus se changer. On se dit pourtant : « Aujourd'hui, ni une, ni deux, on est sérieux, on va directement à l'essentiel, on arrête d'enquiquiner nos lecteurs de considérations inutiles qui ne font que les embrouiller et empêche la plupart de prendre connaissance du message important. On décide d'être efficace, d'éviter de perdre du temps à des futilités, d'autant plus que après, on est à la bourre pour faire tout ce qu'on a prévu dans la journée, on se dit « Non et non, ça n'intéresse personne, les histoires de maillots tricotés en laine, ou les considérations météorologiques sur l'hygrométrie d'une paire de bottes en caoutchouc dans nos contrées de Basse Bretagne, ou la question de la poule et de l'oeuf, ou les rayures écossaises qui n'arrêtent pas de se croiser. » Voilà, fini, terminé, c'est pas parce qu'on fait du théâtre qu'on est pas des gens normaux. Alors, à partir de dorénavant, on est concis, précis, direct, on communique « efficace ». Un titre, un texte de présentation succinct, une photo, des infos pratiques et basta ! ...
Et puis voilà, y en a des qui parmi vous nous renvoient des réponses sympas, réagissent aux textes, nous envoient même des photos d'eux à 5, 6, 7 ans dans leurs plus beaux maillots de bains tricotés en pure laine vierge par leur maman chérie , y'en a qui nous envoient des photos de magnifiques tissus écossais, des anecdotes sur les pantalons écossais des Sex Pistols, y'en a même une qui a osé braver l'interdit et est venue s'exiber au Spoum dans la petite jupe écossaise de ses douze ans. Alors, qu'est-ce qu'on peut faire ? Qu'est-ce qu'on doit faire ? Efficace, je vous dis, efficace. Et puis, zut, après tout, je crois bien qu'on va continuer de temps en temps à vous embêter avec nos parenthèses qui ne veulent rien dire. Tant pis pour vous. Y'avait pas qu'à répondre à la provocation.
(Entre parenthèse, on aime ça, que vous nous répondiez. Alors la parenthèse, elle risque bien de se prolonger au delà de ces trois petits points...)

(10 octobre 2010)