Bananée et pomme sautée ! Et comme on dit toujours, c'est l'absenté qui conte !!
En voeux-tu ? En voilà ! C'est reparti pour le grand éternuement du 1er janvier : A vos souhaits. Merci !
Voilà une bonne chose de faite. On va pouvoir passer à la galette des rois.
Allé, tout le monde se fève. Plus on se fève tôt, meilleure est la galette. Pour les pâtissiers surtout, qui, plus ils en voient sortir de leur boutique, plus ils en voient rentrer dans leur poche.
Tout réfléchi, c'est quand même bien que toutes ces fêtes de tradition, Saint Nicolas et le père Fouettard, Noël et le petit Jésus, le réveillon de Noël, les cadeaux de Noël, le réveillon de la Saint Sylvestre, les bons voeux du 1er janvier, la galette des rois et puis la Chandeleur, c'est plutôt bien que ça tombe maintenant. Ca met des lumières partout, on se fait des bisous, on se dit des choses gentilles, on prend des résolutions qu'elles sont bonnes, ça fait des petits plaisirs dedans quand on voit le temps qu'il fait dehors. Les gars qui ont inventé le calendrier, ils pensent à tout. Enfin, pas tellement à l'état de notre foie, ni à l'état de notre foi, mais quand même, on peut leur tirer notre chapeau. Fin décembre début janvier, c'est pas possible de s'ennuyer : y a pas le temps entre la course aux cadeaux, la course à la dinde et la course aux cabinets.
Quand j'étais petit, ma maman me conseillait de faire durer les chocolats de Noël jusqu'aux oeufs de Pâques. Pour répartir. J'essayai mais j'y arrivai pas. Au 3 janvier, c'était plié. Ca faisait de la place pour la galette, des fois que la fève tombe sur moi. Pour couronner le tout, j'aimai pas la frangipane. Une couche de pâte d'amande par dessus les chocolats et le foie gras, mon foie grogne.
Entre deux "réveillons-nous !", où trouver le temps de rêver, de ionner et de dormir un peu ?
Rêvez y 'é vous ? Debout debout, c'est début janvier. Il va falloir souhaiter à deux pieds dans la nouvelle année. Sans se prendre les pieds dans le tapis, le Papy, la Mamie. Bisou, bisou et patati et pas Tata, et pas Tonton, et les voisins, faut pavoiser, et les amis, faut amidonner, et le facteur, faut facturer, et les pompiers, faut calendrier, et que je t'embrasse, que je t'étrenne, que je te souhaite une année chouette, que je te chouette une année souhaite, que je te ...
Non, je blague. En fait, je trouve ça plutôt bien ces traditions. Ca fait vraiment des occasions de se dire des choses vraiment gentilles.
Mais quand même, est-on obligé de le faire jusqu'à la fin du mois ?

(4 janvier 2011)